Poème – Mohammed Arjouni – Oujda: L’Aveu

10750 مشاهدة

A celles et à ceux

Que la Land Rover du hasard

M’a permis de voir

Par vals et par monts

A celles et à ceux

Voguant au rythme du temps

Sans différence de religions de races ou d’ethnies

**

Ecoutez-moi …

Vous que le chemin terrestre

De la vie

M’a fait connaître tôt ou tard

Votre vie

A vous je dirai ceci

………………………….

…………………………..

Puis ceci

……………………..

………………………….

Que vous seuls comprenez

Car ce sont là

Mes battements de cœur

Aux rythmes de la cithare

En osmose avec ceux de la Tabla

Que vous seuls comprenez

……………………..

J’hésite croyez-moi

……………………..

Car il s’agit bien là

De mots/songes

Aussi vrai

Que vous seuls

Pouvez croire

Pour  élever au plus haut sommet

De toutes les vérités réunies

Je vous le dirai

Mille fois

Ou peut-être

Rien qu’une seule fois

Peu importe

Rien ne compte

Quand de leur bouche

Ces mots/songes

Etriqués mais non truqués

Disent tout haut

Toute la vérité

Et ne daignent même pas

Tourner leur langue sept fois

Comme certains nous l’ont enseigné

Je vous dirai enfin ceci

Avant

Que le chemin céleste

De la nuit

N’ouvre sa bouche grande ouverte

Pour nous happer

Nous saper

Nous zapper

Je vous dirai donc ceci

Oui ceci

…………

Voyons

Soyez patients

Vous qui avez passé votre vie

A ne faire que ceci

Donc à haute voix

Ou en le susurrant

Peu importe

Et rien ne compte

Je vous dirai

Donc

Mince combien de fois

Me faut-il supporter

Ce ding-dong de « Donc »

Qui nous martèle

Les tympans

Je vous le dis d…….

…………..Je vous aime

Aussi bien que j’aime l’envie

Que j’aime la lumière et la nuit

Que j’aime toi elle et lui

Que j’aime Ravel et Ravi

Que j’aime la consolation et la nostalgie

Que j’aime le plaisir et l’ennui

Que je suis là

Tout à fait bien là

Tout près de votre cœur

Ou plutôt

A gauche de votre cœur qui ne bat

Que pour me dire

Oui.. Oui.. Oui..

Nous sommes bien là…

Rien que pour ce laps..

Soutiré aux moments de joie

Espèce d’ingrat…

Je le mérite sans ce doute de « je crois »

N’est-ce pas

Ô bonnes gens

Vous qui vous reconnaissez

Dans tout cela

Ou plutôt comme diraient certains

Et ils ont raison

Et pourquoi pas

Ils ont cœur aussi

Ils diraient certainement

Ce ne sont là que des bla-bla

J’arrête donc ceci

Et je ne dirai plus

Et je ne dirai plus cela

Je m’emporte donc avec

Un rythme né de la Flûte

Et de la Tabla

…………..

………….

Mais croyez-moi

Cet aveu est sorti seul

Même si moi

J’avais depuis bien longtemps

Cadenassé mon cœur

Que j’avais dompté

Aux rythmes de ma raison

Mais sa raison l’a emporté sur moi

Ouvrant les vannes

A mille et mille fruits exquis

A mille et mille  papillons

Virevoltant de jour comme de nuit

%

Mohamed  El Arjouni

Oujda le 26-02-2012

Poème - Mohammed Arjouni: L’Aveu
Poème - Mohammed Arjouni: L’Aveu

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz