Oujda: Les failles de l’examen régional de français de l’AREF de l’oriental

105849 مشاهدة

Zaid Tayeb – Oujda Portail: Oujda le 17 juin 2013, Si le texte de base a été bien choisi, il n’en demeure pas moins qu’il a été très mal exploité. En effet,  ‘’la situation du passage’’ tant redoutée par nos élèves car souvent posée sans raison, est absente d’un contexte qui offre aux candidats le moyen matériel de situer le passage à partir d’indices matériels comme : ‘’Le lendemain, le cachot me reprit’’ et ‘’Depuis que je suis sorti de l’infirmerie’’. En effet, à partir de ces indices, le candidat peut aisément rattacher très étroitement ce passage à celui qui le précède. De plus, dans la question 6, le mot ‘’énoncé’’ a un sens très large et peut recouvrir une phrase ou une partie de phrase, un texte ou une partie de texte. Je vois mal comment le candidat peut répondre à une question qui offre des réponses imprécises, ni ce que le correcteur peut accepter comme ‘’énoncé’’ et refuser comme ‘’non énoncé’’, surtout que les élèves ont été préparés à travailler, comme nous le recommande les recommandations pédagogiques de 2007, sur les ‘’champs lexicaux’’ qui sont beaucoup plus précis que les ‘’énoncés’’ qui ont un sens aux contours peu définis.

 La question 7 avec son ‘’a’’ et ‘’b’’ prête à coup sûr à confusion : est-ce que la question ‘’b’’ se rattache à ‘’a’’ (la partie) ou à 7 (le tout) ? Si elle se rattache à ‘’a’’, elle est absurde et insensée, si, au contraire, elle se rattache à 7, elle est fausse, puisque ‘’l’exemple, comme ils disent’’, n’est pas une ‘’expression’’ mais une phrase, un énoncé. Avec ‘’L’exemple !’’, le narrateur rapporte le point de vue des partisans de la peine de mort. Avec ‘’Comme ils disent.’’ Il commente ce point de vue de manière sarcastique et ironique en l’attribuant à ‘’ils’’, c’es-à-dire, à ceux qui sont favorables à la peine de mort.

La question 8 est une reprise de la question 6, ni plus ni moins, et cela risque de dérouter les candidats en jetant de la confusion dans leurs jeunes têtes.  La réponse est dans l’énoncé de la question 6 alors que la justification est dans l’un des quatre ‘’énoncés’’ que le candidat aura relevés. Pourquoi cette reprise ? Je l’ignore, à moins que ‘’ce qui est dans la tête du chameau n’est pas dans celle du chamelier’’ comme dit la sagesse populaire de manière moins dénaturée.

La question 9 fait réfléchir plus d’un sur le pourquoi avant de faire réfléchir sur la confusion qu’il y a entre ‘’auteur’’ et ‘’narrateur’’ car il est plus question du narrateur condamné que de l’auteur Victor Hugo. Malheureusement !

Quant à la production écrite, elle est beaucoup plus au-dessus du niveau des candidats et des compétences que mobilise un texte argumentatif de cette envergure. Il est vrai que, et c’est ce que nous avons appris à nos élèves dans le cadre de la peine de mort, ‘’avant d’en arriver à punir, la société doit prévenir et prémunir contre le crime et la criminalité’’, mais de là à demander rédiger à des élèves des premières années un texte argumentatif pour défendre leur point de vue, je crois qu’il faut plus un sociologue qu’un candidat à l’examen régional de français.

Pour finir, nous avons préparé nos élèves dans le cadre des orientations pédagogiques de 2007, avec tout ce qu’il y a de bon et de mauvais, de facile et de malaisé. Nous avons pensé que l’esprit de l’épreuve est de mettre le candidat en situation de répondre et non en situation de blocage, en situation d’écrire et non en situation de sécher. Nous en sommes déçus.

Oujda: Les failles de l’examen régional de français de l’AREF de l’oriental
Oujda: Les failles de l’examen régional de français de l’AREF de l’oriental

Zaid Tayeb

اترك تعليق

3 تعليقات على "Oujda: Les failles de l’examen régional de français de l’AREF de l’oriental"

نبّهني عن
avatar
متتبع
ضيف

تحية طيبة الاخ زايد.
اظن ان اللجنة التي اقترحت الامتحان لها ما تدافع عنه .ان السيد زايد كفاءة وطنية لماذا يتم تغييبه في محطات تربوية كالامتحانات الاشهادية .

متتبع
ضيف

احتراماتي الاخ الطيب ،بارك الله فيك.

Si tous les profs étaient des ZAID
ضيف
Si tous les profs étaient des ZAID

De temps à autre , apparaissent des indices qui nous défendent le péssimisme.
Un exemple de prof qui maintient la barre haute
Un suivi assidu du cursus, des commentaires riches d’informations utiles.
BRAVO M.Tayeb
“وفي ذلك فليتنافس المتنافسون”

‫wpDiscuz