Oujda: L’allaitement en déclin/Oujda: Mohammed Zerhoudi

18200 مشاهدة
Oujda le 21 Novembre 2009, Au Maroc, l’allaitement maternel est en net déclin, déclare docteur Benyounès Melhaoui intervenant lors de la table ronde « Allaitement et immunité » organisée par l’association des pédiatres de l’oriental en collaboration avec MULIPA le mardi 21 novembre l’hôtel Terminus Atlas Oujda. Selon les statistiques rapportées, la situation est préoccupante pour ne pas dire alarmante. Non seulement la mère en milieu urbain, mais, de nos jours, même la mère rurale préfère le biberon à nourrir son nouveau-né au sein. En effet, l’allaitement précoce (dès la naissance) ne représente que 52 % alors que l’allaitement exclusif (jusqu’à 6 mois) n’atteint que 15 % contre des taux dépassant les 90 % dans des pays occidentaux tels les pays scandinaves Finlande Norvège Danemark….
Pourtant, le lait maternel est d’une importance capitale pour le lancement du développement du système immunitaire chez le nourrisson grâce surtout au colostrum (L’bab), très riche en anti corps (immunoglobulines). En effet, souligne le pédiatre, le lait paternel confère au nourrisson toute une panoplie d’armes qui le protègent contre les maladies et les infections parasitaires, virales, bactériennes ou mucosiques en assurant un meilleur développement de la flore intestinale, véritable rempart protecteur pour le maintien de l’enfant en bonne santé. Le lait maternel, poursuit l’intervenant, présente d’autres bénéfices aussi bien pour l’enfant que pour la mère En plus l’allaitement au sein renforce les liens affectifs entre eux . Ie lait maternel assure un bon développement psycho affectif chez le nourrisson et renforce ses facultés psychomotrices. La mère, elle aussi a intérêt à allaiter au sein. L’allaitement lui assure un retour rapide à sa silhouette d’avant grosse et une rapide décicatrisation après l’accouchement. Il diminue aussi chez la mère la prévalence du cancer du sein et la perte de fer En outre les tétées préviennent contre les hémorragies et les endométrites, ajoute le pédiatre. En somme, conclut-il, aucun lait maternisé ne peut suppléer le lait maternel.De son côté, Nawal Bentahila, directeur médical de la société Danone Baby Nutrition, a présenté un exposé concis sur les résultats des études effectuées par la société sur la gamme du lait maternisé Mutila. L’intervenante a souligné que la société possède une charte interne pour le respect et l’application du code de l’OMS précisant que la société introduit des substituts au lait maternel conformément aux obligations de l’OMS.Toutefois et même si le biberon semble plus pratique, aucun lait de vache ne peut suppléer le lait maternel. De fait, l’allaitement maternel surtout précoce et exclusif, reste un droit dont l’enfant doit jouir, en principe, jusqu’à l’âge de 2 ans comme le recommandent le coran et l’OMS.Le ministère de la santé publique a tout à gagner en lançant une vaste campagne d’information et de sensibilisation et adopter toute une stratégie de formation pour les professionnels de la santé et les parents.

Oujda: Mohammed Zerhoudi

allaitement  maternel  L’allaitement en déclin
allaitement maternel L’allaitement en déclin

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz