Oujda / Coopération pour promouvoir la santé reproductive ; Lancement d’un projet pour la consolidation des structures sanitaires

54617 مشاهدة

L’amélioration des conditions socio-sanitaires de la population dans la province d’Oujda, tel est l’objectif du projet «Consolidation des structures de santé sexuelle et reproductive au Maroc». Lancé en décembre dernier, le projet est cofinancé par la Coopération italienne et l’ONG Ricerca de Cooperazione, en partenariat avec l’AMPF (l’Association marocaine de planification familiale). Cette dernière, qui œuvre dans le domaine de la planification familiale et de la santé reproductive, est également membre de l’IPPF, la plus grande ONG internationale présente dans 182 pays, qui lutte pour les droits et l’accès à la santé sexuelle et reproductive partout dans le monde.

Oujda / Coopération pour promouvoir la santé reproductive ; Lancement d'un projet pour la consolidation des structures sanitaires
Oujda / Coopération pour promouvoir la santé reproductive ; Lancement d'un projet pour la consolidation des structures sanitaires

Le projet, dont le budget s’élève à 818.800 euros, va couvrir la région d’Oujda. «Nous allons passer désormais à l’étape du recrutement du personnel.

On a pris contact avec les autorités ainsi que les associations locales pour les associés à notre projet», déclare Graziella Terranova, directrice du projet. Selon les responsables, le choix de la région d’Oujda n’est pas fortuit. En effet, cette province, dont le taux de la fécondité est de 4,4 enfants par femme, a connu une forte urbanisation due à l’exode rural. Aujourd’hui, la population à l’âge fertile représente plus que la moitié de la population féminine. Cependant, le projet rencontre quelques petites difficultés. «Les procédures administratives prennent un peu plus de temps. En effet, nous avons rencontré des problèmes concernant le transfert d’argent. Mais on compte bien affronter tous ces obstacles en associant la société civile», ajoute G. Terranova. Le projet, qui s’étalera sur une durée de trois ans, va cibler plusieurs objectifs, notamment la formation sociale et sanitaire pour les opérateurs de l’AMPF ainsi que les médecins et infirmiers.

Des actions de sensibilisation et d’information de la population locale sont également prévues. Malgré les progrès effectués par le Maroc, ces dernières années, le taux de la mortalité maternelle reste très alarmant. On compte environ 227 décès maternels pour chaque 100.000 naissances. Seulement, 68% des femmes enceintes reçoivent des soins médicaux prénataux. Les femmes marocaines sont confrontées, surtout dans les milieux rural et périurbain, à d’innombrables difficultés qui peuvent mettre en péril leur vie. Elles sont vulnérables à des pathologies spécifiques résultant du retard enregistré par le Maroc en matière de la santé reproductive. Le taux de la mortalité maternelle demeure à la tête des indicateurs les plus préoccupants. En effet, trois Marocaines meurent quotidiennement en couches et le Royaume enregistre 227 décès pour 100.000 naissances dans le milieu urbain et 267 pour 100.000 naissances dans le milieu rural. Dans un autre registre, le sida et toutes les affections sexuellement transmissibles touchent essentiellement les femmes qui sont vulnérables sur les plans biologique et social.

Le projet, qui entre dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), va concourir à l’amélioration des conditions de la femme dans la région orientale. Il facilitera également l’accès aux services sanitaires de santé sexuelle et reproductive grâce notamment à la diffusion des méthodes de planification familière dans la province d’Oujda.

Une coalition civile

Pour faciliter à la femme marocaine l’accès aux soins, une coalition d’associations et de personnalités est en cours de création pour défendre les droits de santé reproductive des femmes. La première étape avant la création de cette coalition sera réservée à la collecte de signatures. A la date d’aujourd’hui, quarante signatures ont été collectées. Les organisations et personnes signataires ont pour objectif de dénoncer la situation des femmes qui, au-delà même du caractère purement humain, hypothèque des capacités du Maroc à asseoir les fondements du progrès et du développement et de mettre en commun leur engagement citoyen en faveur de l’émancipation et de la promotion de la dignité et des droits.

Pour sa part, le ministère de la Santé avait également lancé une stratégie. Celle-ci vise l’amélioration de la couverture et de la qualité de la consultation prénatale et postnatale, la lutte contre les principales carences nutritionnelles chez la femme et l’amélioration de l’accès à des services de santé de qualité, notamment la prise en charge de qualité des urgences obstétricales.

Par Mohamed Badrane

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz