Oujda: 64 millions de DH pour l’ancienne médina

27770 مشاهدة

· Près de 120.000 ménages vivent dans des quartiers sous-équipés

· Centres d’accueil, restauration du tissu ancien, lutte contre l’habitat insalubre…en priorité

DE la fenêtre de son bureau, ce haut responsable de la région de l’Oriental observe chaque jour la médina, ses habitants…mais surtout il suit de près la cadence des travaux de réhabilitation des demeures et des murailles. Une vue panoramique qui lui permet de constater le changement en temps réel.«La restauration des tissus anciens figure en tête des priorités», dit-t-il quelques minutes à peine avant l’effondrement de la mosquée de Meknès (www.leconomiste.com). En fait, Oujda compte, à elle seule, plus de 400 minarets pour une population estimée à 400.000 habitants. Sauf que dans cette ville, les mécènes sont très généreux. Ils construisent des lieux de culte, des écoles…et répondent présents à chaque appel pour aider les plus défavorisés des citoyens. Ils ont équipé tous les quartiers inscrits dans le cadre de l’Initiative nationale du développement humain (INDH) de centres d’accueil pour les «mères célibataires», les personnes âgées et les enfants abandonnés. «Et rassurez-vous, le service dans tous ces établissements est de catégorie 5 étoiles», indique-t-on.Parallèlement, l’autorité fait un travail considérable. L’appui des différents départements n’étant pas en reste. L’action est répercutée automatiquement sur le terrain. Ainsi, pour le seul chantier de la restauration de la médina, plusieurs acteurs entrent en jeu. «Il faut noter que ce chantier ne concerne pas seulement Oujda, mais également Debdou et les Ksours de Figuig», souligne le responsable de la région. Et de poursuivre: «Les travaux portent sur la rénovation du réseau d’assainissement, le pavage des rues et l’aménagement des places et des remparts. Sans oublier la consolidation des constructions menaçant ruine». D’un coût de 63,4 millions de DH, cette opération est totalement financée par le ministère de l’Habitat. Un total de 36 projets visant à améliorer les conditions d’habitat et d’urbanisme. Parmi eux, 7 sont déjà achevés, 23 sont en cours de réalisation et 6 sont à l’étude. L’ensemble pour un investissement global de 4,2 milliards de DH.D’autre part, la lutte contre les habitations construites en dur sans équipements préalables et sans autorisation réglementaire se poursuit. Selon l’Inspection régionale de l’Habitat, 40% du nombre total des ménages de la région sont concernés par le phénomène de cet habitat non réglementaire. En chiffres, la région compte 392 quartiers clandestins qui s’étalent sur une superficie de 5.406 hectares. Ce qui correspond à près de 120.000 ménages. Par ville, cette composante d’habitat présente près de la moitié du tissu urbain d’Oujda et plus des deux tiers dans les autres villes telles Jerada, Berkane et Taourirt. C’est dire l’étendue de l’habitat non réglementaire dans l’Oriental. «Notre grande priorité est aujourd’hui l’éradication de l’habitat clandestin que nous espérons atteindre en 2012. L’objectif étant d’éviter que ces quartiers ne se transforment en cités-dortoirs», explique le responsable de l’inspection de l’Habitat. Et d’ajouter qu’un vaste plan de restructuration des quartiers sous-équipés est lancé dans 18 villes et centres au profit de 45.000 ménages. Pour cette opération, une enveloppe de 500 millions de DH, dont une subvention de 250 millions du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, est mobilisée. D’un autre côté, le programme «Villes sans bidonvilles» (VSB), lancé en 2003, avec un coût de 443 millions de DH, concerne 12 villes et centres. Ce qui correspond à 6.230 ménages. Mais, de l’avis des responsables de la région, le rythme de réalisation est relativement moyen. En effet, les 3.200 baraques démolies représentent la moitié du chantier. Il n’empêche, qu’en 2008,7 centres ont été déclarés sans bidonvilles. Parmi eux figurent de grands centres dont Saïdia, Taourirt et Figuig. Selon les statistiques du département de l’Habitat, depuis son lancement, plus de 3.300 unités ont été attribuées, 547 sont prêtes et vacantes et près de 2.000 en cours. Au total, ce sont plus de 840 ménages qui sont déjà transférés. Le programme table sur la déclaration d’Oujda et Berkane VSB incessamment.

Réhabilitation

La mise à niveau de plusieurs quartiers périurbains pour une enveloppe de 280 millions de DH est à l’ordre du jour à Bouârfa, Figuig et Taourirt. Enfin, les opérations de renouvellement urbain se poursuivent. Celles-ci concernent le renforcement de l’infrastructure de base, l’amélioration du tissu urbain et la réhabilitation de l’ancien, la consolidation des équipements socio-collectifs et l’amélioration de l’environnement urbain. Ce programme concerne 11 villes avec une enveloppe de près de 3 milliards de DH.

oujda ancienne medina
oujda ancienne medina

Youness SAAD ALAMI / Leconomiste

ancienne medina oujda :: Oujda: 64 millions de DH pour l’ancienne médina
ancienne medina oujda :: Oujda: 64 millions de DH pour l’ancienne médina

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz