Oujda

51148 مشاهدة
Oujda est la capitale de l’est du Royaume du Maroc. C’est une ville frontière avec l’Algérie.
Proprement dit c’est la porte terrestre du Maroc. Elle est bâtie sur la plaine d’Angad bordée par une des plus belles régions montagneuses du Maroc : les beni-Isnassen. Cette situation géographique privilégiée fait d’elle un carrefour entre le Maroc et les autres pays du Maghreb et d’Afrique du nord d’une part et entre le Maroc et l’Europe via Nador d’autre part.Fondée en 994 par Ziri Ben Attia chef de la tribu de Maghraoua ( groupe de nomades Zéèntes), Oujda est restée la capitale de son royaume pendant 80 années.Les historiens arabes rapportent que Ziri Ben Attia voulait faire d’Oujda un lien de retrait en cas de revers, estimant qu’il se trouvait plus en sécurité au milieu d’une plaine déserte parcourue par des nomades zénétes qu’à Fès ou à Tlemcen où la population citadine lui était moins attachée.A travers de cette ville Ziri Ben Attia voulut contrôler un carrefour où se croi les caravanes allant de la mer à Sijilmassa et celles unissant Tlemcen à Fès.Oujda était donc un nœud d’un trafic commercial important au carrefour de deux axes essentiels de circulation.La domination des Maghraoua ne dura que quatre-vingt ans. Oujda hébergera ensuite successivement les almoravides et les almohades, qui, en 1208, y élevèrent une nouvelle ceinture de fortification.Plus tard , les Méridiens de Fès et les Abdelouadites de Tlemcen en firent un enjeu qui aboutit à sa destruction complète en 1271 le roi Mérinide Abou Youssef reconstruisit la ville en bâtissant une casbah, un palais, une mosquée(Djamaa El Kebir) qui existe encore aujourd’hui.Oujda fut de nouveau ruinée entre 1335 et 1336 par le sultan Abou l’Hassan.Aprés 1336, la ville se construisit peu à peu, en 1679 le Sultan Alaouite Moulay Ismail fit restaurer en partie les principaux édifices d’Oujda qui tomba peu après aux mains des tures qui prit fin en 1795.Entre 1894 et 1896, une enceinte fut élevée pour protéger la ville qui avait alors la forme d’un polygone irrégulier d’une superficie de 28 hectares environ.Aucune modification ne devrait être apportée à son aspect jusqu’en 1907, époque de l’occupation de la ville d’Oujda par les troupes françaises le 29 mars.

Trois portes principales donnaient accès dans l’agglomération à l’est :

Bab Sidi Abdelouahab porte ogivale encadrée de deux bastions au dessus de laquelle le Maghzen faisait accrocher les têtes coupées des rebelles d’où son nom de ” porte de tête ”

Au nord :Bab El Khemis. La médina comprenait neuf quartiers aux différents fractions de la population oujda : ( achegfane – ahl oujda – oulad amrane – ahl el jamel – oulad el gadi – oulad aîssa – le mellah)La médina comprenait aussi le quartier des marchés ( commerçant et ratissant) et le quartier de la casbah ( bureaux du maghzen)

Prés de la porte Bab Sidi Abdelouahab, un souk mmou marché se tenait chaque jeudi , cinq fondouk ou hôtels trois mosquées Djamaâ El Kebir , Djamaâ Heddada , Djamaa Sidi Okba) une medersa ou collège, trois synagogues.

Dans les jardins, irrigués par des séguia, alimentés par les sources de Sidi Yahia Benyounes , les gens d’Oujda faisaient des cultures maraîchères .Pour des motifs de sécurité, le camp militaire français s’installe sur une butte (572m) qui à 900 mètre au sud dominait la médina.

Vers 1920 des constructions d’intérêt communs apparaissent :

Un marché couvert arabe sur la place de Bab Sidi Abdelouahabdes abattoirs près de le Kasbal’immeuble du trésorle Tribunal de première instancele lycée des garçons et l’ancien collège des jeunes filles.

En 1910 la voie normale des chemins de fer était prolongée de Marnia d’Algérie jusqu’à Oujda.Pour des raisons d’ordre technique, la gare fut construite à trois kilomètres au nord de la médina.(village koulouche) vers 1920, apparaissaient des constructions d’intérêt commun : un marché couvert arabe sur la place abdelouahab, un abattoirs prés de la kasbah, l’immeuble du trésor, le tribunal de première instance, le lycée de garçon et l’ancien collège de jeunes filles.La construction d’une nouvelle gare, décidée en 1928, en raison de l’éloignement de la gare primitive, a contribué à interdire toute extension vers l’Ouest de la ville arrêtée à l’est par les jardin ne peut que se développer selon un axe nord-sud .En effet, les contraintes de la topographie ont imposé la localisation de la gare sur la rive droite de Oued-Nachef.

Oujda :: bab sidi abdelouhab, bab lakhmiss
Oujda :: bab sidi abdelouhab, bab lakhmiss

Oujda: Bab Sidi Abdelouhab

اترك تعليق

1 تعليق على "Oujda"

نبّهني عن
avatar
batreck meles
ضيف

Pretty good post. I just stumbled upon your blog and wanted to say that I have really enjoyed reading your blog posts.Any way Ill be subscribing to your feed and I hope you post again soon

‫wpDiscuz