L’Oriental: une dynamique avérée et un vaste programme de développement de grands projets structurants

39154 مشاهدة
La région de l’Oriental focalise actuellement l’intérêt des investisseurs marocains et étrangers, en raison de ses richesses et potentialités, promises à une valorisation efficiente grâce aux programmes et projets structurants de développement qui permettront sans nul doute de faire de cette région un des pôles économiques et sociaux majeurs du Royaume.

La dynamique de développement régional enclenchée par l’initiative royale pour le développement de la région de l’Oriental, énoncée par SM le Roi Mohammed VI en mars 2003, a favorisé une relance économique et sociale sans précédent de cette région du Royaume ouverte sur la Méditerranée, l’Europe et le Maghreb.

Cette vision s’est traduite sur le terrain par un vaste programme de développement, de grands projets structurants et des plans d’action concrets et pérennes, à spectre local, régional, national et international.

Cette dynamique a instauré des systèmes de veille et d’analyse permettant à tous les acteurs économiques d’identifier les potentialités et les dysfonctionnements, de consolider les acquis, de gérer les risques et anticiper les changements pour une gestion optimale des ressources qui touche plusieurs domaines d’activités (humain, social, culturel, territorial ) et une meilleure compétitivité des territoires à même de leur apporter une nouvelle attractivité.

Des projets ont été ainsi réalisés ou en cours de réalisation dans la Région de l’Oriental et qui ont porté notamment sur le tourisme, l’agriculture, l’agro-industrie, l’industrie, le commerce et investissements, l’exportation, l’environnement, l’électricité, l’eau et la gestion des ressources hydriques et la culture.

Ces chantiers ont été orientés sur le développement local, l’amélioration des indicateurs de développement régional et sur l’ancrage de la Région en direction des marchés européens et arabo-maghrébins.

Etant donné que le développement régional s’impose de plus en plus comme une nécessité d’importance nationale et locale, la régionalisation est devenue ainsi un choix stratégique et politique du Royaume qui se voit renforcée par la politique de proximité prônée par SM le Roi.

Depuis le lancement de l’Initiative Royale pour le Développement de la région annoncée lors du discours Royal du 18 mars 2003 à Oujda, le volume des investissements (publics et privés) mobilisés par les programmes de développement dans l’Oriental est de plus de 70 milliards dh.

Ce volume d’investissements, jamais atteint auparavant, a touché les principaux secteurs de l’activité sociale et économique dans la région, selon un document de l’Agence de promotion et de développement économique et social de l’Oriental.

L’Oriental, qui a enregistré auparavant le taux le plus bas de l’investissement dans le pays (20 pc du produit intérieur brut, contre 22 pc au niveau national), est devenu, depuis, la région qui affiche une part élevée de l’investissement s’élevant à 32 pc du PIB, ajoute la même source.

L’aménagement d’un pôle Méditerranée-Est attractif et son développement passe par une ouverture sur l’espace euro-méditérranéen et la création de pôles de développement et de compétitivité comme Oujda (pôle de compétences), Nador (pôle industrialo-maritime), Berkane (pôle agro-industriel) avec la station balnéaire de Méditerranéa-Saidia, Taourirt (pôle logistique), Bouarfa-Figuig (pôle minier, d’économie oasienne et d’écotourisme).

C’est dire combien de richesses ont été explorées et mises à profit pour rendre attractive la région aux yeux des investisseurs nationaux et étrangers de tous bords.

Au cours des trois dernières années, l’investissement privé dans la région a atteint 39 milliards de dirhams, dont 29 milliards de dirhams pour l’année 2008, selon les statistiques du Centre régional d’investissement (CRI).

Les investissements induits dans l’Oriental ont fait passer l’économie de la région d’une situation de stagnation ou de déclin à une situation d’émergence engagée dans la dynamique que connaît actuellement le Royaume, a indiqué M. Farid Chourak, directeur du CRI d’Oujda, dans une déclaration à la MAP.

Rappelant que le Souverain a honoré, en 2003, la région de l’Oriental par un discours qui a conféré à la région une grande base en matière d’infrastructures et d’équipements, il a souligné que le discours royal du 18 mars 2003 a inauguré une nouvelle étape et constitué une feuille de route pour le développement socio-économique de la région de l’Oriental, eu égard à l’importance des potentialités dont regorge la région, à l’industrie existante et aux projets réalisés ou lancés en matière d’infrastructures de base (routes, autoroutes, aéroports …).

Selon M. Chourak, les investissements publics durant les dernières années ont atteint 20 milliards de dirhams. Ces investissements ont porté notamment sur le financement des infrastructures notamment l’autoroute Fès-Oujda, la Rocade Méditerranéenne qui va relier Tanger et Saïdia et la voie ferrée Taourirt-Nador qui va relier Nador à l’ensemble du réseau ferroviaire national.

Il a rappelé aussi la Création du Fonds d’investissements régional dédié à l’appui au secteur privé afin de donner une nouvelle impulsion au développement économique et social de la région.

Dans l’objectif de désenclaver économiquement la région, de grands projets d’infrastructures ont été lancés dans plusieurs secteurs et qui auront sans nul doute des effets positifs sur la région et sur la santé et le niveau de vie des habitants du monde rural.

L’Oriental (préfecture Oujda-Angad et les provinces de Berkane, Taourirt, Jrada, Figuig et Nador) compte donc parmi les régions à fort potentiel agro-industriel. Son approche territoriale identifie les zones à fortes potentialités économiques, en mesure d’attirer les investissements.

Le pôle de développement industriel pour la Région de l’Oriental (MED EST) sur la côte méditerranéenne est devenu une tranche essentielle dans la réalisation d’un développement équilibré à l’échelle nationale.

Ce pôle englobe la réalisation d’une zone franche intra-portuaire à Nador et une autre extra-portuaire dans le même port, un parc industriel à Selouane, un parc industriel de Boughriba et un technopôle à Oujda, site attenant à l’aéroport Oujda-Angad (370 ha disponibles). Il bénéficiera aux secteurs agroalimentaire, Offshore, logistique ainsi qu’à l’exportation.

Le secteur du tourisme a été également placé au cœur des priorités du développement enclenché par l’initiative royale pour le développement de la région de l’Oriental.

“Mediterranéa Saïdia”, première station du plan Azur (696 ha, pour un investissement de 12 milliards de dirhams) inaugurée récemment par SM le Roi, avec des opportunités dans les activités d’accompagnement (restauration, animation, tourisme d’arrière-pays, transport…) et le projet “Mar Chica” à Nador qui a pour objectif la création d’un site maritimo-touristique sur la corniche de Nador qui comprendra la Lagune de Mar Chica sont parmi les différents projets de la côte méditerranéenne permettant de donner un nouvel essor à l’activité économique dans toute la région orientale qui connaît déjà un fort potentiel touristique.

Ces projets structurants qui s’ajoutent aux autres chantiers de développement économique et social sont de nature à renforcer la compétitivité de l’économie régionale et nationale et assurer de meilleures conditions de vie aux habitants de la région de l’Oriental, dont le nombre avoisine 1.962.000 âmes.

Oriental :: Carte de la Région Orientale :: Projets dans la région Orientale :: Investissements Oriental
Oriental :: Carte de la Région Orientale :: Projets dans la région Orientale :: Investissements Oriental

MAP

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz