Les élèves professeurs des CRMEF entre le tort et la raison

ع. بلبشير24 نوفمبر 2015آخر تحديث : منذ 5 سنوات
Les élèves professeurs des CRMEF entre le tort et la raison
رابط مختصر

Les élèves professeurs des CRMEF entre le tort et la raison

Oujda Portail: Zaid Tayeb

 Les élèves professeurs en cours de formation dans les  différents centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation( CRMEF) se sont regroupés en coordinations pour boycotter les cours qui leur sont dispensés et qui les préparent à la carrière de professeurs. Leurs revendications se résument à l’abolition de l’amendement du décret relatif à la réduction de la bourse de 2450 dirhams par mois à 1200 dirhams et à la séparation de la formation du recrutement.

    Il faut noter que le gouvernement actuel, soucieux d’aller de l’avant dans la généralisation de la formation pour permettre aux jeunes d’obtenir des diplômes qui leur permettent d’accéder au monde de l’emploi, que ce soit dans le public ou dans le privé, a entrepris des réformes qui vont dans le sens de la généralisation de la formation. D’habitude, le ministère de l’éducation nationale formait ses cadres  en fonction de ses besoins propres et du nombre de  postes budgétaires que lui alloue le ministère des finances. De plus, le ministère formait ses propres cadres destinés à la consommation personnelle, aussi, après le stage de formation recrutait-il directement tous ceux qu’il formait. Aujourd’hui, la politique du gouvernement a changé. Il forme les cadres aussi bien pour la fonction publique que pour le secteur privé, d’où le nombre de 10000 lauréats cette année. A la fin de leur formation sanctionnée par un examen de sortie, un autre concours déterminera les heureux admis qui rejoindront la public, et les autres le privé. En fin de stage, tous les lauréats auront un emploi, qui dans le public, qui dans le privé.

    Ce qui y va pour les élèves professeurs des CRMEF, y va également pour les élèves médecins des facultés de médecine et des élèves infirmiers des ISPITS avec en moins la petite bourse. En effet, les élèves médecins ne perçoivent, à ma connaissance, qu’une maigre bourse de 110 dirhams par mois, et à partir de leur troisième année, quant aux élèves infirmiers, ils n’ont pas de bourse. De plus, ni les élèves médecins, ni les élèves infirmiers ne sont recrutés directement après le stage de formation, tout comme les élèves professeurs. Ils passeront eux aussi un concours qui leur permettra d’accéder à la fonction publique pour ceux qui seront admis au concours, pour les autres, ils tenteront leur chance dans le privé. Je ne comprends donc pas pourquoi les élèves professeurs boycottent les cours sous prétexte que leur bourse a été réduite de moitié et qu’ils ne seront pas recrutés directement après le stage de formation, à croire les élèves médecins et les élèves infirmiers touchent une bourse complète et sont recrutés de manière directe. Pourtant la réduction de la bourse et la séparation entre la formation et le recrutement étaient antérieures au concours d’entrée aux CRMEF. Ce qui signifie que les candidats savaient avant même de passer le concours d’entrée que leur bourse est réduite de moitié et qu’ils n’allaient être recrutés après l’examen de sortie qu’après un concours de recrutement. Il est clair donc que leurs revendications ne sont pas valables car infondées. Sinon, les élèves médecins et les élèves infirmiers, eux aussi doivent boycotter les stages de formation et aller aux portes du Parlement manifester leur mécontentement et revendiquer le droit au recrutement direct, à la bourse pour ceux qui n’en ont pas ou à son augmentation pour les autres. Il est donc évident que la situation des élèves professeurs est meilleure que celle des élèves médecins et des  élèves infirmiers sur le plan financier, quant au reste, ils sont égaux. Ce sont donc les élèves de la petite et de la grande médecine qui sont le plus lésés et non les élèves de la pédagogie. L’injustice devient alors évidente entre les premiers et les seconds. En conséquence, et pour être plus positif, ceux qui n’ont pas de bourse doivent revendiquer ce droit puisqu’ils sont eux aussi en stage et dans les mêmes conditions que ceux qui en ont. Mais force est de constater que ceux qui sont privilégiés qui font plus de tapage.

     En conclusion, le gouvernement se trouve acculé cette double situation :

-aligner les élèves médecins et les élèves infirmiers derrière les élèves professeurs en généralisant la bourse ;

– recruter de manière directe les élèves médecins et les élèves infirmiers dans le cas du recrutement direct des élèves professeurs.

1
اترك تعليق

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
madame souad Recent comment authors

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.

  Subscribe  
نبّهني عن
madame souad
ضيف
madame souad

je saisis cette occasion pour saluer le professeur qui a su mettre le doigt sur la plaie .personnellement je suis la mère d un jeune candidat, j ai vraiment la mort dans l e coeur à cause de cette problèmatique épineuse .le ministre devrait trouver une solution et dialoguer avec les représentants de ces jeunes qu il est entrain de détruire eux et leurs familles ainsi que notre pays qui a besoin de leurs compétences