L’école publique entre contractants et retraités rappelés au service

139602 مشاهدة

Oujda: Zaid Tayeb/ Oujda Portail: Les professeurs arrivés à l’âge de la retraite au 31-12-2013 ont été sollicités pour rester à leurs postes jusqu’à la fin de l’année scolaire, pour soi disant ne pas abandonner leurs élèves en cours de route. Ce qui est vrai mais non convaicant. Certains de ces professeurs retraités, surtout ceux de mathématiques et de français, ont accepté de reprendre la classe jusqu’à la fin de l’année scolaire pour des raisons humaines et pédagogiques, disent-ils. Les services des ressources humaines des différentes délégations du ministère de tutelle sont allés beaucoup plus loin dans le passé en allant piocher dans les rangs des retraités des années antérieures pour rappeler au service ceux partis la veille et même ceux qui sont partis dans le cadre du départ volontaire définitif dit plaisamment DVD. J’ai dit plus haut que cela est vrai d’un côté et de l’autre non convaincant. Vrai : il n’est pas permis de laisser nos élèves qui sont nos enfants en cours de route t à la veille de l’examen. Non convaincant car ces retraités frais ou défraichis ont fait leur temps, de manière heureuse ou malheureuse. Ils sont pareils à une monnaie d’époque qui n’a de valeur que pour un antiquaire ou un collectionneur. La plupart de ces professeurs qui ont accepté de rester à leurs postes ou de ceux qui y sont revenus après des années de sécheresse l’ont fait pour le maigre encensement matériel que ce retour à l’ouvrage leur apporte. La plupart d’entre ceux qui ont accepté de reprendre le travail après leur retraite n’ont pas su meubler leur temps libre comme il convient à leur âge. Comme le travail en dehors du public leur est fermé pour des raisons de concurrence et de compétitivité dues elles-mêmes à l’absence de compétences individuelles des postulants, ni les responsables des cours de soutien ni ceux des écoles privées dont la ville ne manque pas ne veulent de leurs services, Car, celui qui n’a pas brillé dans les classes de l’école publique ne peut pas briller ailleurs et celui qui n’a pas brillé pendant son activité ne peut pas briller après son départ à la retraite. Il n’y aurait donc que l’école publique, le parent pauvre, qui dîne des mets de la veille ! Avec le recours aux retraités, les plus frais d’entre eux et les plus rassis, l’école publique consolide le fait accompli de l’effondrement du système éducatif et scolaire : l’école publique va donc de mal en pis. Les échos des œuvres de ces professeurs rappelés au service après leur départ à la retraite arrivent aux oreilles des parents d’élèves dans leur pauvre tenue que tentent d’émailler leurs directeurs en faisant accepter aux élèves et à leurs parents que ces professeurs se sont portés volontaires ( et non bénévoles !!!) pour leur rendre service, que sans leur esprit de sacrifice ils seraient restés sans professeurs jusqu’à la fin de l’année, qu’ils ont derrière eux une passé ‘’glorieux , que…et que…. Les professeurs eux-mêmes menacent à tout moment d’abandonner les élèves toutes les fois qu’il y a chahut ou indiscipline en classe…
D’un autre côté, ces retraités, comme chacun sait, barrent la route aux jeunes diplômés au chômage. Il n’y a qu’à aller du côté de l’AREF de l’Oriental et du nouveau siège de la préfecture d’Oujda pour s’apercevoir que les retraités appelés au service ont contribué au malheur de ces ‘’contractants bouche trou’’ que le ministère a utilisés pour combler le vide laissé par le manque de professeurs pour les abandonner par la suite. Nous les voyons manifester pour avoir de l’ouvrage et les entendons crier ce qu’ils estiment être leurs droits au travail. Ont-ils raison ou tort ? C’est une autre question qui mérite d’être traitée dans un autre article. Mais si les retraités avaient refusé de revenir au travail, ces bouche trou auraient été embauchés dans le cadre d’un contrat, d’un recrutement, …Mais l’acceptation des retraités de reprendre le travail a contribué de manière involontaire à priver les professeurs contractants de leur gagne pain. Le manque en professeurs aurait donc sûrement et certainement ‘’contraint’’ le ministère de tutelle à faire appel aux contractants comme cela a été le cas lors de la marocanisation des cadres et de l’arabisation des matières scientifiques.

Zaid Tayeb

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz