L’abattage des oliviers ou la solution finale/ Oujda: Zaid Tayeb

550536 مشاهدة

Oujda: Zaid Tayeb/ Oujda Portail: L’abattage des oliviers ou la solution finale

‘’Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage’’ dit la sagesse populaire pour toute personne pour qui tous les prétextes sont bons quand il veut se débarrasser de quelqu’un ou de quelque chose. Ainsi en est-il du Conseil Municipal de la ville d’Oujda qui a décrété l’abattage des oliviers de la ville arguant qu’ils sont la cause des allergies dont souffrent les citoyens sur la santé desquels il veille. Voilà donc une solide raison pour abattre les oliviers que les citoyens eux-mêmes ont plantés sur les trottoirs de leurs chez eux, irrigués, élagués, et entretenus à leurs frais.

Le Conseil Municipal de notre ville millénaire devait donc s’être inspiré des pratiques similaires antérieures entreprises par  l’Occident sous l’impulsion des Etats Unis. En effet, qui ne se souvient pas de la vache folle ? De la grippe aviaire ? De la grippe porcine ? Grippes épidémiques réunies sous le nom d’influenza. ‘’Aux grands maux les grands remèdes’’, ont décrété ces pays qui nous servent d’avant-garde et dont l’honorable conduite devait nous servir d’exemple et de tremplin. Une ‘’solution finale’’ avait été adoptée par l’Occident non à l’égard de la maladie ou de l’épidémie mais à l’égard des porteurs de cette maladie ou de cette épidémie. Aussi ont-ils ont procédé à l’abattage systématique des vaches susceptibles de porter les symptômes de la folie et des poulets et des porcs atteints d’influenza. Et ceci non sans avoir fait payer aux misérables pays en développement les vaccins de leurs laboratoires qu’ils n’ont d’ailleurs jamais utilisés puisque la soi disant épidémie avait comme par enchantement disparu. Il ne s’agissait là que de l’abattage d’animaux porteurs de symptômes de maladies, et rien de plus !

   A présent que l’épidémie Ebola se propage de manière inquiétante dans le monde après qu’elle a quitté son nid d’Afrique pour aller narguer l’Occident chez lui, quelle solution envisage-t-il à l’égard du virus et de ses porteurs ? Va-t-il abattre les porteurs du virus Ebola comme il a abattu de par le passé la vache folle et les porcs et les poules atteints d’influenza ? La ‘’solution finale’’ n’est pas inenvisageable par les Occidentaux  qui en ont déjà fait usage contre des infimes, des débiles, des tarés, des opposants ou des prisonniers de guerre dans l’une de leurs nombreuses sales guerres.

Le Conseil Municipal de la ville d’Oujda aurait donc pris le pas aux Occidentaux. Il en est donc des oliviers à l’origine des allergies, ce qui en était de la vache folle, des poules et des porcs porteurs d’influenza. Les oliviers subiront donc le même sort que la vache folle, les porcs et les poules : l’abattage, la solution finale. Ainsi donc, le Conseil Municipal de la ville d’Oujda veille, comme une tendre et affectueuse  maman, sur la santé et le bien être des citoyens de la ville qu’il dirige. Il les a en effet autorisés à abattre l’arbre maudit, comme l’Occident a abattu la vache atteinte de folie, le porc et la poule d’influenza et comme sans doute il fera de même avec les êtres humains atteints d’Ebola.

Ce qui est surprenant dans toute cette relation de cause à effet entre allergie et oliviers d’une part et l’abbatge de ces arbres de l’autre est sans aucun doute  la rapidité irréfléchie et la docilité moutonnière avec laquelle les citoyens de cette noble cité ont répondu à l’appel du Conseil Municipal de leur ville d’abattre les oliviers qu’ils ont plantés sur les trottoirs de leurs maisons pour être la cause des allergies qui incommodent une bonne partie de leurs concitoyens. Il est à remarquer que les citoyens en question n’y sont pas allés de main morte avec les oliviers qu’ils ont eux-mêmes plantés, irrigués, élagués, entretenus comme ils l’auraient fait avec leurs propres enfants. A l’appel du devoir, ils ont sans tarder sorti les outils  dont ils disposent. Munis de tronçonneuses, de pioches, de scies, de haches et d’autres instruments inappropriés pour ce genre d’ouvrage pour abattre cet arbre tombé soudain dans la déconsidération, le discrédit, la disgrâce, comme frappé par une malédiction obscure, les citoyens se sont mis à l’oeuvre. Tout le peuple s’y met : les hommes et leurs épouses, les enfants, garçons et filles, petits et grands : l’union fait la force et l’entraide est de règle dans une activité où l’obéissance et la docilité doivent faire sourire de satisfaction le Conseil Municipal, encore faut-il que ce Conseil Municipal ait une bouche humaine et une conscience en éveil pour sourire. Tout un peuple à l’ouvrage dans un fol acharnement pour accomplir la sale et honteuse besogne d’abattre les oliviers de la ville.

Quand tous les oliviers de la ville d’Oujda  auront été abattus, quand la ville aura été dépouillée de ses oliviers qui lui fournissaient verdure et fraîcheur,  qui du Conseil Municipal ou du citoyen replantera ce qui a été arraché? Quelle allure aura notre ville une fois ces arbres abattus ?  Combien de temps sera nécessaire pour replanter en arbres les trottoirs et les espaces publics rasés des oliviers abattus?

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

التعليقات5 تعليقات

  • ABD

    N.B. Désolé d’avoir omis de préciser qu’à propos de la pétition, je m’adressais au premier commentateur. Je dirais même qu’il s’est trompé d’adresse pour cette dernière et qu’il s’agit là, d’une véritable provocation. Et au lieu de défendre les citoyens qui souffrent de l’allergie causée par l’olivier, il soutiennent cet arbre, contre toute logique. Quand l’écologisme tourne à l’envers, ça s’appelle de l’escrologisme. Le malheur est aussi qu’on se vante d’apprendre ça aux jeunes !!! sous le nom de “préservation de l’Environnement”
    .

  • ABD

    Merci, M. Zaid pour votre réponse calme.
    Il parait que vous n’étiez pas présent au débat parfois houleux à la Municipalité, le jeudi 16 octobre, où il était démontré que ce ne sont pas les pollens apportés par le vent d’ailleurs qui sont offensifs (le vent s’affaiblit en charge et en vitesse, avec la distance et le frottement, le pollen voyage mal et en plus il est absorbé et fixé par le sol sur les terres agricoles à la campagne, ce n’est pas comme en ville où il ne s’infiltre pas et reste sur la chaussée et sur les trottoirs imperméabilisés, mais ce sont les pollens de l’olivier de proximité, de voisinage, de l’espace urbain qui sont dangereux (je vous recommande de lire un article (sur Oujdacity زيتون وجدة وبؤس الخطاب البيئويqui explique cette question, ou de le relire le cas échéant, et de visiter un site californien sur l’allergie et les allergènes (je ne sais pas si ce site autorise les liens mais je colle ci dessous le contenu, et j’espère que vous lisez bien l’anglais, sinon la traduction est à la portée)
    Olive is another highly allergenic pollen. Like walnut, it is heavy and is only important if it is close by, although some patients have trouble just driving by large stands of olive pollen on expressways and roads! Olives start pollinating later in the spring than many other trees and grasses and cause a great deal of allergy symptoms, including severe asthma
    ; quant au Conseil Municipal, il n’est pas du tout le mien, et j’avoue même que le 16 octobre fut la première fois de ma vie à rencontrer M. Hjira, alors que je vis à Oujda depuis plus de 30 ans !!!
    Concernant l’occupation et à l’utilisation anarchique et illégale des trottoirs, vous serez heureux d’apprendre q’un mémoire universitaire est en cours sur ce sujet, en coordination avec la Municipalité, et ce depuis à peine deux semaines !!!!
    J’estime qu’il n’y a aucune raison de défendre l’olivier en ville, c’est de la fausse écologie et les vrais écologistes avertis ne le feraient pas du tout, car c’est une atteinte à la dignité et à la santé des citoyens. C’est en quelque sorte faire l’avocat du diable. L’olivier est en disparition, rapidement et sûrement, sans la Municipalité, et merci à la compréhension de ceux qui l’écartent de la ville. Et je dirais aux pseudo-écologistes que les causes justes à défendre ne manquent pas, mais c’est le bon sens et la vraie conscience qui font défaut. Leur slogan aveugle est connu “kill yourself and save the Earth”. Amicalement.

  • Zaid tayeb

    . Monsieur ABD
    Il est évident que vous avez écrit votre commentaire sous le coup de maîtresse ”ire”. Je n’ai rien contre le Conseil Municipal de ma ville sauf que la décision d’abattre les oliviers urbains sous prétexte qu’ils sont la cause des allergies est une bêtise . je voudrais simplement vous dire monsieur que les citoyens ne sont pas sensibles aux branches, ni aux feuilles ni aux racines de l’olivier qu’ils ont sur leurs propres trottoirs ou sur ceux du voisin d’en face mais aux pollens qui peuvent venir de très loin, emportés par le vent : on aura beau couper tous les arbres du périmètre urbain, cela n’empêche pas le vent de faire voyager les pollens pour les fourrer dans les narines des citadins, et en particuliers de ceux qui en sont sensibles. Et puis, qu’en sera-t-il des villes et villages à caractère rural entourés d’oliviers ?
    C’est que je suis contre la bêtise humaine, celle du Conseil et celle du citoyen : le premier pour avoir décrété, le second pour avoir agi de manière écervelée. Je me demande si les citoyens qui obtempèrent si docilement pour l’abattage des oliviers, feront de même si le Conseil demande à ceux qui ont transformé les trottoirs en propriétés privées. Vous qui savez si bien défendre le Conseil et le citoyen, demandez à votre Conseil d’entreprendre des mesures pour libérer les espaces publiques et en particulier les trottoirs devenus des jardins privés, ou des garages particuliers avec grillages et murs…
    Quant à la pétition dont vous parlez, je n’ai signé aucune pétition, et je ne suis derrière aucune pétition.
    Bien cordialement, monsieur ABD.

  • ABD

    Comparer l’incomparable !
    Quel rapport existe t-il entre l’olivier urbain d’Oujda et “la vache folle, la grippe aviaire, porcine, ebola etc… ?
    Certains écrits ne se justifient même pas, sauf par “règlement de compte avec le Conseil Municipal”, sur le dos des milliers de souffrants d’allergie (et des dizaines de milliers de leurs proches), causée par le pollen d’un arbre nuisible et sans aucune valeur en milieu urbain. La décision municipale est dictée par la pression exercée par la société civile (citoyens, médecins, pharmaciens, associations…). Initialement, l’olivier n’a rien à faire en ville et son introduction fut une grave erreur qu’il fallait corriger. Défendre cet arbre en espace urbain est une entreprise insensée, un soutien au bourreau. La “sale et honteuse besogne” n’est pas d’abattre ces arbres qui peuvent s’épanouir ailleurs, mais de ne pas défendre les vraies victimes humaines. Quoi qu’il en soit, l’olivier disparaîtra de notre cité, coûte que coûte, tôt ou tard, et ses défenseurs ne se font que ridiculiser, et leur action serait comparable aux crimes contre l’humanité. Votre pétition est une honte.

  • BENATA Mohamed

    la docilité moutonnière avec laquelle les citoyens de cette noble cité ont répondu à l’appel du Conseil Municipal

    Oujda Portail: L’abattage des oliviers ou la solution finale/ Oujda: Zaid Tayeb !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Pas tous les citoyens; Il existe ceux qui sont prêts à défendre leur Olivier et la Conseil Municipal sera tenu por
    responsable de toute perturbation de l’ordre public à ce sujet.
    Visitez et signer la Pétition adressée à SM le Roi à ce sujet; il n y a pas que des Moutons à Oujda.
    https://secure.avaaz.org/fr/petition/SM_Le_Roi_Mohamed_VI_du_Maroc_Arreter_le_massacre_des_Oliviers_dOujda/share/?new