La vieillesse et les souvenirs ( On peut vieillir sans rien regretter. Poésie philosophique : A méditer ) / Oujda Portail: Aziz Saidi

185856 مشاهدة

La vieillesse et les souvenirs

( On peut vieillir sans rien regretter. Poésie philosophique : A méditer )

Oujda Portail: Aziz Saidi

Quand le vent de la vieillesse souffle sur nos visages.

Quand les stries et les rides sur nos fronts, voyagent.

On vit sur quelques souvenirs brimés dans nos pensées.

On croit que tout s’en va pour se pencher sur le passé.

Regards fixés sur le passé, on compte l’élan du temps.

Les yeux deviennent humide et le chagrin s’étend.

On est déshérité et la hantise est lugubre et triste

On est lié à nos souvenirs et les maux persistent

On se livre au mauvais vent de l’ennui qui nous emporte.

Dans les bras de la solitude; comme des feuilles mortes.

Nos regards se perdent dans les ombres de l’illusoire.

Nos yeux sont grands ouverts mais on ne peut rien voir.

Dans un profond silence, nos voies sont gémissantes.

A déplorer de longues années, fut si touchantes.

Dans nos yeux les anges amours du passé, se couchent.

Le présent les défend, attention si le temps y touche.

On pense à ceux qui nous ont quittés sans nous dire adieu.

Et on oublie que ceux qui nous restent, sont encore mieux.

Tant d’adieu glacés nous ont épuisés les pensées.

A veiller de longues nuits sans lunes; c’est insensé.

On ne voit que les années se faufiler avec le temps.

Mais on oublie qu’on vit encore plus longtemps.

On est hypnotisé par le passé et ses souvenirs.

Pour ignorer le présent et désapprouver l’avenir.

On ne se souvient que des souffles de mauvaises haleines.

Où les orages aveugles, nous ont fait subir tant de peines.

L’esprit troublé et agité, on marche à foulées hésitantes.

A regretter, comme si notre présence n’est pas suffisante.

Les longues années vécues, par Dieu; est une grâce.

Pourquoi s’ennuyer et la vie nous conserve les traces.

On oublie que l’enfance et la jeunesse, sont éphémères.

Et qu’un jour, à notre tour, on devient pères et mères

Se retourner en larmes vers les horizons du passé

C’est nier la joie du présent et se lasser.

Une image dans nos coeurs; peut noyer et effacer.

Les amertumes ressenties à en dire assez.

Ce qui était de mieux en nous, c’était notre jeunesse.

Mais aussi le charme de la vie, c’est l’âge et la vieillesse.

On peut admirer et émerveiller la vie et ne pas oublier

Que le monde de l’oubli, nous n’a pas encore plié.

Comme des ombres qui passent, c’est l’être humain.

On vit aujourd’hui pour disparaître le lendemain.

Autant que les fleurs s’épanouissent aux éclats du soleil.

Les âmes sereines reposeront dans un long sommeil.

Penchons nous aux caprices du vent avec sourire.

Dans une narcose sans rêves, un jour on va périr.

Le bonheur de la vieillesse, on peut le trouver

Juste aux alentours, par un sentiment éprouvé.

Les souvenirs, est une fleur éclatante aux longues épines.

Au fil du temps, les épines durcissent et la fleur débine.

Chassons la douleur des souvenirs et vivons le présent.

La vie change, autant que change les saisons.

On peut vivre et vieillir sans rien regretter.

Tant que la vie, ne s’est pas arrêtée.

La vie est comme une merveilleuse aquarelle.

Plus elle est ancienne, plus elle devient belle.

                                                               

                                                                                     Par Aziz Saidi

                                                                                              A  Fes. le 30/07/2015

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz