La marche du 6 avril et ‘’Dégage’’/ Oujda : Zaid Tayeb

324413 مشاهدة

Les Marocains de toutes conditions avaient rendez vous avec un évènement exceptionnel ce dimanche 6 avril 2014. Les centrales syndicales ont dit leur dernier mot en sortant leurs griffes,  et les plus acérées d’entre elles. Elles ont marché. Mais, à ce que je crois, leur revendication est de marcher pour quelque chose non contre quelqu’un. L’une de leur pancarte portait la revendication suivante ‘’dégage’’ (irhal) à l’attention du premier ministre. C’est là, me semble-t-il, une revendication politique, non une revendication sociale, une revendication de parti, non de syndicat. Qu’auront à gagner par cette revendication les forces ouvrières sorties manifester pour l’amélioration de leurs conditions ? Si le premier ministre tombe, est-il certain que celui qui prendra sa place satisfera à toutes leurs revendications à l’inverse de son prédécesseur déchu ?  De plus, les syndicats qui se sont unis contre le gouvernement, pour une fois, et après des guerres intestines qui ont présidé à la scission de l’un d’eux en deux syndicats et peut-être à l’avenir en leur éclatement et leur effritement, non pour des revendications justes, légales et qui profitent aux travailleurs loin des surenchères politiques, ils auraient d’abord dû revenir à leur première nature: le syndicat mère et le syndicat fille qui en est né n’est-ce pas du pareil au même ? A un secrétaire général près ! L’union fait la force, celle des syndicats entre eux pour faire la force des travailleurs, non celle des syndicats avec des anarchistes de tous bords pour aboyer pour la chute d’un premier ministre.

 Lever un slogan pour demander au premier ministre de dégager, lui qui n’est au pouvoir que depuis peu n’est-il pas déplacé en pareilles circonstances ? S’il y en un à qui devait être adressé le slogan ‘’Dégage’’ et qui doit dégager pour de bon est bien le secrétaire général de l’un de ces trois syndicats qui est en place depuis près de 40 ans. Ou bien celui-ci qui cumule entre le secrétariat de parti et celui de syndicat. Avant de vouloir faire le ménage à l’autre bout du quartier, il convient avant tout de commencer par balayer devant le seuil de sa porte, car c’est là un premier acte de bonne volonté. De plus, quand nous aurons ‘’fait dégager’’ ce secrétaire général de syndicat qui est aux commandes depuis presque 40 ans, et celui-là qui cumule entre le secrétariat de syndicat  et celui de parti, nous aurons rompu avec l’ère des momies et des tyrans. L’ère est au renouveau et ces vieilles figures ont fait leur époque : il est donc temps de les mettre au musée pour être regardées comme des curiosités.

D’un autre côté, les forces vives du pays ont suivi l’appel à la participation à la marche du 6 avril d’un secrétaire général doublement secrétaire : il est, chose curieuse, à la fois secrétaire général de parti, secrétaire général de parti et député. Amalgame ou cumul de fonction ? Trois en un. Après avoir soufflé le chaud et le froid sur le premier ministre en sa qualité de secrétaire général de parti et de député de l’opposition, il a donné son aval pour que le syndicat dont il est le secrétaire général participe à la marche du 6 avril aux côtés des autres syndicats. Mais il s’est rétracté au dernier moment, laissant les trois autres syndicats aller dans les rues de Casablanca crier leurs revendications, comme si les adhérents du syndicat dont il est le secrétaire général n’avaient pas de revendications. Voilà donc ! Quand le politique et le social se trouvent réunis en une seule personne, le politique l’emporte sur le social. Et les premières victimes sont les travailleurs devenus des jouets entre les mains de gens sans scrupules.

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz