La Boîte à Merveilles: autobiographie ou roman autobiographique? (FIN)/ Oujda: Zaid Tayeb

208592 مشاهدة

2- L’autobiographie tout comme ‘’le roman autobiographique’’, considérés dans l’univers de la fiction, sont du pareil au même. On considère l’auteur, le narrateur et le personnage à travers le rôle que chacun joue dans le roman, que l’identité de l’auteur soit la même que celle du personnage ou différente d’elle. Vus sous cet angle, tous deux offrent la même lecture qui est celle que propose le code de lecture(le contrat de lecture, le pacte de lecture) d’une œuvre à caractère autobiographique, que je développerai ici, de manière à distinguer chacun de l’auteur, du narrateur et du personnage.
S’il est vrai que les trois personnes se font désigner par le même pronom ‘’Je’’ et que tous trois emploient ‘’Je’’ pour s’exprimer, il n’en est pas moins vrai qu’ils sont aisément identifiables dans le roman. La narration dans l’autobiographie, il est vrai, fonctionne d’aval en amont, c’est-à-dire, de l’auteur vers le narrateur et le personnage, au moyen de la rétrospection, procédé par lequel l’auteur se projette dans le passé pour se retrouver à une autre époque et à un autre âge. Cela nous l’avons en partie vu plus haut. Ce que nous voulons considérer c’est l’emboîtement des récits. En effet, le récit de parole de Sidi Mohammed le personnage s’emboîte dans le récit d’histoire de Sidi Mohammed le narrateur qui, à son tour, s’emboîte dans le récit de commentaire de l’auteur. Nous avons trois récits qui s’emboîtent l’un dans l’autre. Mais ce qui est curieux dans tout cela c’est que le récit porteur, qui est celui de l’auteur, emboîte en son sein le récit porté du narrateur qui devient à son tour un récit porteur pour celui du personnage. Cette métamorphose de récits porteurs en récits portés permet de distinguer les nombreux intervenants qui se font désigner par un seul et même pronom. Ainsi, la Boîte à Merveilles n’a rien de différent des autres récits de vie classiques. L’analyse des Trois ‘’Je’’ qui gouvernent le roman nous offre cette lecture :

a- Le ‘’Je’’ de l’auteur Ahmed. Le rôle de l’auteur est de porter des jugements. Il se caractérise par sa main mise sur l’ensemble des autres récits qu’il emboîte et enchâsse en lui. L’auteur qui écrit une partie de son passé, le fait au moyen de souvenirs. S’il est, lui, en 1954, à l’âge de 39 ans, bien assis à son bureau, les évènements qui le concernent remontent à 1921, quand il n’avait que 6 ans. Cette rétrospection d’une portée de 33 ans lui permet de retrouver une partie de son passé d’enfant. Grâce au pronom ‘’Je’’ qu’il emploie pour se désigner, suivi de verbes ou de formules qui permettent le passage l’adulte à l’enfant, du présent au passé et de commentaires ou jugements de valeur exprimés dans le mode du discours. Les exemples des intrusions de l’auteur dans son roman sont rares et brèves. Je ne les ai pas recensées une à une mais elles ne sont pas plus nombreuses que celles que je relève ici : -‘’Je VOIS un petit garçon….Il désire….Il ne le mangera pas, il ne le martyrisera pas..(page 3) -‘’Je CROIS n’avoir jamais mis les pieds dans un bain maure depuis mon enfance. Une vague appréhension et un sentiment de malaise m’ont toujours empêché d’en franchir la porte. …je n’aime pas les bains maures….’’ Pages 8-9) – ‘’J’ai gardé un vif SOUVENIR de cette femme plus large que haute…’’ (page 23 -‘’Non, je n’ai pas encore oublié ces instants, Seigneur ! Je me SOUVIENS. Je me SOUVIENS de cette solitude…’’(page 180) Malgré l’importance de l’auteur, sa présence dans l’autobiographie est rare. Il lui arrive de temps à autre de bousculer le narrateur et le personnage pour émerger, le temps d’un petit commentaire ou d’un jugement et de s’éclipser aussi vite qu’il est apparu.

b- Le ‘’Je’’ du narrateur Mohammed : Son rôle est de raconter. A l’inverse de l’auteur, le narrateur, lui, use du mode du récit pour raconter et décrire. Ce n’est plus la personne de 39 ans qui raconte, mais l’enfant de six ans. Ce n’est plus Ahmed l’adulte, mais Mohammed l’enfant. Comme je l’ai dit, il lui échoit de raconter et de décrire.

-Raconter : ‘’Je me TROUVAI seul, les mains croisés sur mon ventre, plus bête que jamais au milieu de toutes ces inconnues et de leurs fastueux baluchons. Je M’HABILLAI. Ma mère VINT un moment m’entourer étroitement la tête dans une serviette qu’elle me NOUA sous le menton…’’(page 11) -Décrire :’’Les deux pièces du rez-de-chaussée ETAIENT OCCUPEES par la Chouafa principale locataire. Au premier étage HABITAIENT Driss El Aouad, sa femme Rahma et leur fille d’un an plus âgée que moi. Elle S’APPELAIT Zineb et je ne l’AIMAIS pas. Toute cette famille DISPOSAIT….’’ (page 5). Bien sûr, la description doit avoir un support sur lequel se greffer : ici, elle se greffe sur la narration. c- Le ‘’Je’’ du personnage Mohammed : son rôle est de parler. Tout comme l’auteur il utilise le mode du discours, mais à l’inverse de l’auteur, il utilise le discours direct. -‘’Non,….,Je SERAI un homme quand j’AURAI une belle barbe. A la saison des pastèques, j’AI beau me frotter les joues avec leur jus, aucun poil ne me POUSSE’’ (page 43) Comme pour le narrateur dont les interventions sont rares et brèves, le personnages parle moins et ses répliques sont courtes.

Récapitulation. 1er cas : Auteur=narrateur=personnage : Dans la réalité, quelle que soit l’identité de l’auteur et celle du personnage, différente ou la même. L’auteur, le narrateur et le personnage se réfèrent à une seule et même personne. Mohammed du roman et bel et bien Ahmed de la couverture du même livre, car Ahmed raconte une partie de Sa vie de Mohammed, qu’il s’est donné pour nom. Ahmed ne peut pas sortir du cadre de l’autobiographie puisqu’il utilise la première personne du singulier ’’Je’’. Ahmed ne peut pas être différent de Mohammed même s’ils portent des noms différents. Ahmed auteur=Mohammed narrateur= Mohammed personnage.

2ème cas : Auteur #narrateur=personnage : Dans la fiction, Ahmed est différent de Mohammed et cette différence est d’origine double. -Différence d’âge : Ahmed a 39 ans alors que les deux Mohammed n’ont que 6 ans chacun. -Différence d’époque : Ahmed se situe en 1954 (date d’écriture du roman) alors que les deux Mohammed se trouvent vers 1921. C’est-à-dire à 33 ans distance le premier des deux autres : Age et époque Ahmed auteur# âge et époque Mohammed narrateur=âge et époque Mohammed personnage.

3ème cas : Auteur# narrateur #personnage. En effet, chacun d’eux tient un rôle différent de l’autre même si tous les trois ils utilisent ‘’je’’ pour s’exprimer. Le premier émet des jugements de valeur, le second raconte et le troisième parle : Ahmed auteur dont le rôle est d’émettre des jugements de valeur# Mohammed narrateur dont le rôle est de raconter# Mohammed personnage dont le rôle est de parler.

Je crois être parvenu à éclairer mes lecteurs et à convaincre ceux qui fondent la différence entre l’autobiographie et le roman autobiographique sur le seul critère de différence d’identité entre l’auteur et le narrateur comme pour ‘’La Boîte à Merveilles’’. FIN

La Boîte à Merveilles: autobiographie ou roman autobiographique? (FIN)/ Oujda: Zaid Tayeb
La Boîte à Merveilles: autobiographie ou roman autobiographique? (FIN)/ Oujda: Zaid Tayeb

Zaid Tayeb

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz