Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes:un combat soutenu sur plusieurs fronts

19000 مشاهدة
Le Maroc célèbre le 25 novembre de chaque année, à l’image des autres pays du monde, la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, marquant ainsi son engagement dans ce combat de longue haleine pour soustraire la femme à toute pratique dégradante ou portant atteinte à son statut de citoyenne à part entière.- Par Siham Jermouni-

La célébration de cette journée, proclamée par l’Organisation des Nations-Unies, se veut, à n’en pas douter, une occasion pour sensibiliser l’opinion publique à ce problème épineux et lever le voile sur nombre de comportements iniques que subissent les femmes.

La violence à l’égard des femmes, qui touche encore une large frange de femmes de par le monde, prend plusieurs formes, physiques (coups, gifles, brûlures), violences sexuelles (viol, harcèlement, insultes répétées, privation de liberté), économiques (usurpation du salaire), juridiques (privation de pension) et dont les retombées freinent sérieusement la contribution de la femme au développement de la société et amplifie la discrimination entre hommes et femmes.

La violence conjugale, reste malheureusement la forme prédominante au Maroc comme en témoignent plusieurs statistiques annuelles fournies par des associations de défense des droits de la femme qui se désolent de constater encore cette réalité amère.

Le Maroc a toutefois pris conscience de la nécessité d’éradiquer ces pratiques et renforcé l’arsenal de lutte contre les formes de violence persistantes, mettant à contribution les institutions gouvernementales et les organisations de la société civile.

Pour cela, un large éventail de mesures a été adopté touchant en particulier le domaine juridique et ce pour une protection efficiente des droits de la femme contre tout abus.

L’on citera à cet égard d’abord les dispositions de la Moudouwana (Code de la famille), qui de toute évidence constitue une percée des plus novatrices en matière de protection juridique des droits de la femme.

Ce nouveau Code a été salué par plusieurs instances et organisations internationales de défense des droits humains, comme étant un modèle de progrès dans le monde puisque ses dispositions sont conformes aux normes internationales relatives aux droits de l’Homme et garantissent à la femme marocaine une protection solide, à travers des mécanismes fiables et pratiques.

Ces innovations de taille ont été confortées par l’amendement du Code de la nationalité qui confère de nouveaux droits, notamment en matière de filiation, et l’instauration d’un système du quota pour assurer plus de poids à la représentation féminine au sein du Parlement et des collectivités territoriales.

C’est dans la foulée de ces avancées notoires, que s’inscrit la préparation d’un projet de loi destiné à pénaliser les violences à l’égard des femmes.

Ce projet de loi s’inspire des principes de l’Islam, des valeurs de la société marocaine et des acquis réalisés par le pays dans le domaine de la préservation des droits de la femme. Il vise à donner une définition précise de la violence à l’égard de la femme, d’introduire des articles répressifs au Code pénal pour combattre ce fléau, et d’en annuler d’autres, tels que la preuve que doit apporter la femme pour prouver l’acte de violence du moment que les faits se déroulent dans un milieu clos en l’absence de témoins.

Il s’agit également d’autres dispositions, notamment la mise en place d’une stratégie nationale pour l’égalité et l’équité ainsi que le programme national pour l’éducation à l’égalité entre les sexes dans les écoles primaires, mais également l’intégration de la dimension genre dans l’élaboration et l’analyse du budget de l’Etat et dans le processus de l’Instance équité et réconciliation.

Sur le plan international, la lutte contre la violence de la femme s’inscrit également parmi les priorités des organisations internationales en premier lieu l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui s’efforce de sensibiliser la communauté internationale à la prévention et à l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles dans toutes les parties du monde.

On peut citer dans le même sens l’adoption en 1993 par l’Assemblée générale de la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes qui considère la violence à l’égard des femmes comme une violation des droits de l’Homme et une forme de discrimination à l’égard des femmes.

Dans la même lignée ont peut évoquer le Programme d’action adopté à Beijing en 1995, lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes qui a identifié la violence à l’égard des femmes, comme un des 12 domaines critiques requérant une attention particulière de la part des gouvernements, de la communauté internationale et de la société civile.

En février 2008, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a lancé la campagne internationale: “Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes” qui s’étend de 2008 à 2015. La campagne appelle les gouvernements, la société civile, les organisations de femmes, les jeunes, le secteur privé, les médias et l’ensemble du système des Nations Unies à joindre leurs forces pour faire face à la pandémie mondiale de la violence à l’égard des femmes et des filles.

Elle s’appuie sur les cadres juridiques et politiques internationaux existants et tire sa dynamique de l’élan vigoureux déjà pris, qui se traduit par un nombre croissant d’initiatives des partenaires du système des Nations Unies, gouvernements et ONG. MAP

  	 Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes:un combat soutenu sur plusieurs fronts
Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes:un combat soutenu sur plusieurs fronts

  	 Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes:un combat soutenu sur plusieurs fronts

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz