Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers

64327 مشاهدة

Oujda Portail – Driss El Fakir délégué national: Oujda 07 Février 2011, Xavier Rogiers, Président du Bief en Belgique, qui a débattu sur la pédagogie de l’intégration dans l’AREF Oujda, a bien apprécié l’intervention de notre collègue et délégué d’Oujda Portail, Driss El Fakir et la considéré de qualité et d’importante, ci-joint nous citons cette intervention par écrit et en vidèo:

Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers
Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers

Je souhaite mener une profonde réflexion autour des questions se rapportant à l’état actuel de l’enseignement marocain:L’école marocaine ne joue plus son rôle de promotion sociale. Les dispositifs correcteurs (réformes) ont été multipliés mais vainement. Ces dispositifs manquent l’essentiel : l’amélioration des apprentissages fondamentaux (- lecture – écriture – calcul- activités scientifiques) qui ne sont plus assurés correctement par l’école marocaine. Ces carences qui frappent en premier lieu les enfants les moins favorisés, engendrent par la suite des inégalités croissantes à tous les niveaux de l’enseignement marocain.

Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers
Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers

L’histoire nous enseigne que les enfants des couches défavorisées (voire moyennes) ont d’abord besoin d’une école structurée et d’un bon enseignement des matières fondamentales. Alors que toutes les pédagogies nouvelles adoptées jusque là ont échoué dans se sens. Ces pédagogies à caractère constructivistes ont tendance à la simplification, la réduction du volume horaire, bref, à privilégier un apprentissage centré sur l’élève. Ainsi, l’apprenant est devenu la norme au lieu d’être le destinataire du savoir. Ce qui s’est traduit par un recul conséquent, non seulement de l’autorité, mais aussi, du rôle de l’école marocaine en matière de transmission des savoirs et des valeurs morales et culturelles. D’où un véritable risque de perte progressive de l’identité nationale.Cette véritable destruction des fondements de l’école marocaine dérive, à mon sens, du triomphe des pédagogies dites nouvelles qui ont fait la preuve de leur inefficacité. La pédagogie de l’intégration n’offre aucune garantie pour qu’elle face l’exception.D’autre part, le pouvoir de décision dans le domaine de l’éducation est accaparé par une oligarchie, par des hommes qui, dans un passé proche, n’étaient pas au cœur du système éducatif marocain. Les inspecteurs d’enseignement, qui ont assuré pour longtemps le gardiennage du système éducatif marocain, se trouvent de plus en plus marginalisés en matière de décisions stratégiques. Ainsi, l’école marocaine n’est plus à l’abri des dérives. Elle ne remplie plus la fonction qui est la sienne, à savoir, la transmission des savoirs, des valeurs citoyennes, morales et culturelles. L’école marocaine est dans l’impasse, en témoignent : les programmes scolaires actuels, le nombre conséquent de projets au cours de mise en œuvre, les slogans dénués de sens du ministère de l’éducation national (tous pour l’école de la réussite). En fait, c’est un combat pour l’école marocaine que les inspecteurs de l’enseignement doivent mener pour honorer l’engagement morale qu’ils assument en tant que gardiens du système éducatif marocain ; car Le combat pour l’école, c’est le combat pour la patrie.

Oujda Portail: Driss El FakirInspecteur principal de mathématiquesDoctorant en droitDélégué national du réseau Oujda Portail

اترك تعليق

1 تعليق على "Intervention de Driss El Fakir Inspecteur principal des Maths au Débat de Xavier Rogiers"

نبّهني عن
avatar
oualid abdelaziz
ضيف
Je pense que la meilleure façon d’éclairer tous les acteurs éducatifs , sur ce qu’on appelle la pedagogie d’intégration, est de chercher des éléments de réponse aux questions suivantes : 1-quelle est l’impact de cette methode sur les apprentissages dans les pays afriquains, ayant l’adoptée depuis plusieurs années ? Et pourquoi, en tunisie, on ne la pas adopteé au niveau collegial ? 2-pour quelle raison les seuls consomateurs sont des pays afriquains ? Sachant que le bureau de l’éducation qui en est le concepteur(BIEF) se trouve au cœur de l’union europienne. 3-On sait qu’une théorie d’apprentissage n’est pas acceptée par… قراءة المزيد ..
‫wpDiscuz