Des olives et des leçons (2/2)/ Oujda: Mhamed Taouil

2017-07-24T15:33:15+01:00
2017-07-24T15:34:35+01:00
اخبار وجدة
ع. بلبشير24 يوليو 2017آخر تحديث : منذ سنتين
Des olives et des leçons (2/2)/ Oujda: Mhamed Taouil
رابط مختصر

Nous, les enfants, aidions nos parents le dimanche et les jours de vacance comme ramasseurs, parfois ,nous profitions des moments de repos pour aller aux alentours des arbres déjà cueillis à la recherche des quelques olives non décrochées par les perches lors de la cueillette ou perdues lors du ramassage .Notre participation à la collecte était volontaire mais elle nous servait de support d’apprentissage du métier fermier conformément à la citation populaire très connue chez nous “harfet bouk la yghalbouk “une citation qui veut dire que celui qui apprend le métier de son père ne sera pas vaincu au sens large du terme et aura les ressources nécessaires pour surmonter les difficultés de la vie et la gagner en comptant uniquement sur soi même. C’était un support d’apprentissage et de socialisation avec tout ce que cela engendrait comme connaissance et savoir faire technique liés aux différentes activités de nos parents ainsi que les risques inhérentes ,sans oublier les leçons de botanique et de zoologie relatives à la découverte et l’exploration des richesses de la nature en plantes,insectes et oiseaux…Et en parlant des risques je n’oublierai jamais le jour ou je suis tombé sur ma tête lorsque soudainement l’une des longues branches d’un olivier à “kaf El goutra” claqua sous mon poids que je me suis retrouvé couvert de sang avec une plaie au front et une bosse au-dessus de l’œil gauche .c’était un mauvais jour pour mon défunt père choqué par ce qui m’est arrivé ; ses lèvres étaient toutes sèches et une sueur sillonnait son visage barbu, lorsqu’il me ramenait à la maison .Ça m’a coûté plus de deux semaine sous traitement à domicile bien sûr avec de la poudre de pénicilline et de l’éosine sans suture vu que le seul dispensaire existant n’offrait pas ce genre de soins . J’ai repris mes activités d’écolier avec une plaie dont la cicatrice est toujours sur mon front me rappelant ce jour.En tout cas et malgré ces risques ,la fonction de socialisation marchait de façon parfaite et l’apprentissage était rapide et bénéfique car il nous aidait à développer beaucoup de compétences et de capacités que leur maîtrise nécessite peut être plus de temps à l’école . L’ouverture d’esprit ,l’évaluation des risques ,le réalisme , le travail de groupe ,la coopération , la confiance en soi et le respect sont les principales valeurs que nous offraient ces journées de travail volontaire auprès de nos parents ;valeurs que l’école est toujours à leur quête malgré les réformes qu’elle a connu et qu’elle est entrain de connaître , un travail mélangé de jeux et d’activités ,c’était bien du parascolaire non sponsorisé si j’ose dire .Participer à une journée de cueillette permettait de faire une très belle randonnée entre la maison et le champs d’oliviers , un pique nique avec un déjeuner en pleine nature et en fin une mesure d’olives ou plus qu’on vendait le soir à l’une des boutiques spécialisées dans la collecte d’olives pour acheter des bonbons , des cacahuètes et pas mal d’autres choses et faire même des economies…oncle Hmida que Dieu ait son âme était notre acheteur préféré ; il n’était pas trop exigeant sur l’état de fraîcheur des olives,peut être parce qu’il savait mieux que nous que l’état des olives n’est pas si important et n’a pas beaucoup d’effet sur la qualité d’huile qu’on peut en extraire . Généralement on lui proposait des olives qu’on ramassait le lendemain des nuits où les vents forts soufflaient sur les champs ;des olives nommées “habbet rih” ou “olives du vent” qu’on mélangeait avec les olives ramassées dans les champs ou arbres déjà cueillis ;activité connue sous l’expression locale “taflila”.
La récolte des olives était pour beaucoup d’enfants du bled une occasion de mettre un peu d’argent de côté pour acheter de quoi se vêtir ou encore commander des sandales auprès d’un des cordonniers le jour du souk. Elle était même pour certains d’entre eux une occasion pour participer avec les autres membres de leurs familles à la collecte d’olives en vue d’en extraire de l’huile plus tard ;un geste qui s’insère dans un processus de socialisation visant chez ses jeunes garçons le développement de l’esprit de coopération et d’autonomie financière dès leurs bas ages .
Taouil Mhamed

اترك تعليق

avatar

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.

  Subscribe  
نبّهني عن