Commune rurale de Ain-Sfa : quand les Oulad Zaid auront leur part de l’électricité ?/ Oujda: Zaid Tayeb

65426 مشاهدة

Oujda Portail: Zaid Tayeb

Commune rurale de Ain-Sfa : quand les Oulad Zaid auront leur part de l’électricité ?

Le désenclavement des zones rurales et leur alimentation en électricité et en eau potable sont perceptibles partout où l’œil du citoyen curieux ou indiscret s’en vient à se poser. Ouvertures de routes sur des axes jadis livrés à l’abandon, pilonnes et câbles électriques, tuyauterie et centres de pompage émergent de partout pour aller éclairer ou désaltérer les habitants dont beaucoup allaient chercher leur eau à des kilomètres à dos d’âne ou de mulet. Tout cela est bon. Tout cela est parfait.Mais force est de constater que cela profite aux uns sans les autres. Les plus heureux, si toutefois cette opération relève du bonheur et non de la main de l’homme, sont déjà servis. Les moins fortunés se contentent de voir non loin de chez eux se dresser les pilonnes et se creuser les fosses pour abriter les conduites d’eau. Ainsi en est-il des Ouled Zaid dont le hameau est juché sur un monticule qui fait face à Foum Mechta (la gueule de l’hiver). Le village des Brazi qui leur fait face est alimenté en eau et en électricité, tout comme celui de Kjaouaa que la montagne de Benjeddou cache, tout comme celui de Jdayen, qui leur fait dos, tout juste derrière la colline. Seuls les Oulad Zaid sont privés de cette campagne d’Etat qui consiste à alimenter les zones rurales en électricité et en eau potable. La route reliant Oujda à Ain Sfa via Herraza est là, bien asphaltée ! On l’attendait depuis l’indépendance du pays ! Et les promesses s’accumulaient avec les gouvernements qui se sont succédés sur le pays, et les riverains prenaient leur mal en patience en ayant pris l’habitude d’attendre des promesses qu’ils savaient ne jamais venir. Mais cette fois-ci, avec ce gouvernement, la route est là, bien réelle !Mais le reste n’y est pas, à savoir l’électricité et l’eau potable, du moins pour les Oulad Zaid, dont cette route a rogné quelques lopins à leurs terres, contre leur gré et pour le bien public.Et pourtant, deux investisseurs de la tribu des Oulad Zaid, venus directement de l’étranger avec toutes leurs ressources pour mettre en valeur les terres de leurs ancêtres dont ils ont racheté les parts à leurs frères et sœurs se trouvent sans eau potable ni électricité. L’un d’eux a foré un puits de 270 mètres de profondeur et a fait jaillir l’eau si rare et si précieuse dans cette contrée si sèche et si aride. L’eau est là, à 270 mètres à la verticale mais il faut de l’électricité dont le pilonne le plus lointain est à égale distance à l’horizontale pour la ramener à la surface. Il a entouré son lopin de terre d’une clôture. Il a planté oliviers et amandiers, pruniers et figuiers et d’autres arbres fruitiers pour la consommation familiale. Hélas ! Les jeunes pousses et les jeunes plants sont là à flétrir, à se rabougrir, à se dessécher au soleil. En l’absence d’électricité, l’investisseur meurt de soif comme les arbres qu’il a plantés. En conséquence, les responsables à qui il est confié les affaires des citoyens relevant de la commune de Ain Sfa sont en charge de veiller sur les investisseurs venus mettre en valeur les terres qu’ils ont héritées de leurs parents ou qu’ils ont achetées. Ces terres, qu’ont-elles données à ceux qui les leur ont léguées ou à ceux qui les leur ont vendues ? Que leur donnaient-elles en dehors du jujubier, du harmala, de la soif et de la misère qui les a meurtris et contraints à l’exil ? Les responsables qui sont sûrement à l’écoute sont en devoir de s’occuper des investisseurs, de les orienter, de les prendre en main, de les guider à travers les chemins tortueux, obscurs et incertains de nos tristes administrations. En principe, toutes les fois que l’un de ces investisseurs aura sorti l’eau des profondeurs de la terre, ou qu’il aura planté des arbres, ou qu’il aura clôturé son lopin de terre, ou qu’il aura construit une maison pour lui ou une écurie pour son bétail, les responsables seront en devoir de quitter leurs fauteuils et leurs bureaux pour aller lui donner une poignée de main, le gratifier avec un petit sourire, montrer leur intérêt pour ce qu’il fait, lui offrir leurs conseils, leurs services. Cela ne leur coûtera ni leurs fauteuils, ni leurs bureaux, ni leurs postes. Beaucoup de ces investisseurs ont du capital, des idées et de l’enthousiasme mais ils ne savent rien aux procédures administratives nécessaires pour l’accomplissement de leur ouvrage.  Tayeb Zaid

اترك تعليق

كن أوّل من يعلّق

نبّهني عن
avatar
‫wpDiscuz