La France entre burkini et bikini Pauvre France ! Pauvres Français

176564 مشاهدة

Oujda Portail: Zaid Tayeb

Quand nous en arrivons à nous apitoyer sur la France et les Français, nous pouvons en conclure que c’en est fini de l’une et des autres. La France, nul ne peut le nier, est tombée si bas avec sa phobie du voile, du hijab, du burka et tout dernièrement du burkini pour soi disant défendre les valeurs de la République. Comme si toutes les valeurs de la Républiques ne se résument qu’à l’interdiction du voile, du hijab, et du burka dans les rues et du burkini sur les plages. Comme si la grandeur ou la décadence de la France ne dépendent que du burkini. La France est passée aux actes en créant une police des plages pour s’assurer de la nudité des baigneuses. Enfin ! ‘’Quand on va à la plage, on n’y va pas en djellaba’’ ! propos tenus par Tahar Ben Jelloun qu’il convient de prendre exemple ou décrier. Il ajoute même qu’ ‘’Il faut être vicieux et pervers pour penser que couvrir un corps d’une femme c’est le protéger des regards concupiscents’’. Tahar Benjelloun laisse croire que la femme qui porte un burkini est forcée de le faire en tournant sa phrase au passif (couvrir un corps : par une autorité qui doit nécessairement faire référence à l’autorité masculine, ou religieuse). Ainsi donc, pour lui et pour tous ceux qui sont dans son cas croient à tort que la femme qui porte le voile sous toutes ses formes et dénominatifs ou le burkini, calqué malicieusement sur le bikini, est contrainte de le faire alors que celle qui porte le bikini le fait de son plein gré. Comme la première a choisi par conviction de se couvrir, la seconde a choisi de porter le bikini par liberté. C’est de cette manière qu’il convient de considérer les choses, loin du tutorat à laquelle Tahar Benjelloun fait allusion voilée sous les subtilités de la grammaire. Deux femmes, deux cultures, deux convictions : burkini ou bikini. C’est la liberté ! Et la liberté n’est-elle pas l’une des devises de la France ? Le vice et la perversité, comme les a appelés Tahar Benjelloun se repaissent des tentations que la femme provoque en découvrant son corps en bikini. Ceux, parmi la gent masculine, qui craignent de tomber dans le vice et la perversité se gardent d’aller à la plage où le regard est une réponse passive à la tentation. Ceux qui vont à la plage n’y vont pas nécessairement pour voir mais pour profiter de ce que la nature leur offre d’agréable et dont ils ne peuvent bénéficier qu’à une certaine époque de l’année et à certains endroits. C’est saisonnier. Ce n’est pas un lieu d’exposition. Ce n’est pas non plus une foire aux fesses et aux nichons. Pourtant, les femmes en bikini y viennent exposer en public ce que pendant les autres saisons jalousement elles cachent et qu’elles ne montrent, normalement qu’à leurs maris dans un lit conjugal. Pour ce qui est de la seconde devise de la France, à savoir l’égalité, on peut remarquer donc qu’à l’intérieur d’un même sexe, la France et les Français pratiquent une discrimination ostentatoire : les femmes en burkini, à l’inverse de celles qui sont en bikini, sont privées du droit dans l’utilisation de l’espace à cause de leur tenue, trop décente ! Trop pudique ! A moins que les plages et les rues de la France soient des lieux de l’indécence et de l’impudique. Qui nous entend parler de tenue peut ironiquement penser à un certain uniforme obligatoire pareil à ceux que portent les gendarmes, les policiers, les soldats, les sapeurs pompiers…que devaient porter les femmes dans les rues de la France et les femmes sur ses plages. Le droit à la différence se trouve donc bafouée dans la mesure où la France interdit aux femmes le port du burkini sur ses plages comme si cette tenue ne soit pas conforme aux valeurs de la république. Avez-vous vu, Français ! Le spectacle de ces agents de police sur les plages de vos mers dressant des PV aux burkinistes, ou déburkinant, sans honte et sans gêne, une pauvre femme qui prenait un bain de soleil pendant que ses enfants ou petits enfants se baignaient. Ces bons flics regardaient avec toute l’attention que leur confère leur pouvoir de gardiens des valeurs de la république cette bonne femme se déburkiner en public, sous le regard et les huées des bikinistes qui lui criaient de rentrer au bled ! Avec l’interdiction du burkini sur ses plages, le voile, le hijab, le burka dans ses rues, la France annonce le retour de la Sainte Inquisition. Zaid tayeb

ع. بلبشير

2016-08-28 2016-08-28
أضف تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ع. بلبشير