Français ! Dites à la France

220838 مشاهدة

Français ! Dites à la France que toute son histoire est souillée de sang. Le sang des héros de nos vaillants guerriers qui avaient pris les armes pour défendre leur pays contre les envahisseurs français venus piller ses richesses et asservir son peuple. Et quelles armes ils avaient, habitués qu’ils étaient à vivre dans une paix qu’ils croyaient éternelle et inviolable ! Des faucilles et des fourches à foin contre les fusils et les canons des soldats de vos armées. Ceux qui avaient résisté en ayant pris les armes avaient été massacré par vos soldats qui leur avaient tranché la tête pour les exposer encore sanglantes sur les remparts de nos villes qu’ils avaient assiégées et qu’ils avaient finies par occuper. Puis, vos valeureux soldats, pleins du courage des vainqueurs, souriants jusqu’aux dents, avaient pris des photos avec les têtes ruisselantes et palpitantes de nos paysans devenus guerriers par la force des circonstances. Ensuite ils avaient envoyé les photos de ces trophées de guerre à leurs familles restées au pays, loin de l’odeur des cadavres mutilés et incomplets qui se décomposaient sur les chemins de nos campagnes, dans les champs de blé et les forêts de nos montagnes, dans les rues poudreuses de nos villages. Le loup, le renard et le faucon et la buse n’avaient pas connu la faim en ces tristes années où vos armées ont débarqué chez nous pour y semer la mort, la ruine et la désolation! Français ! Dites à la France que pendant que les veuves de nos guerriers à qui vos soldats avaient tranché la tête se lamentaient sur les seuils de leurs chaumières et que leurs orphelins étaient secoués de sanglots , les femmes de vos soldats, pleines d’une bonne joie, montraient les photos de leurs maris qu’elles gardaient soigneusement dans le corsage de leurs poitrines à d’autres femmes qu’elles rencontraient chez le boulanger ou au marché et les enfants de vos soldats racontaient à leurs camardes de classe les exploits de leurs parents partis faire la chasse en des contrées lointaines à des peuples primitifs et barbares. Les têtes tranchées et pendues aux merlons des remparts de nos villes, dites cela à la France, Français ! sont entrées en images et en récits dans les manuels scolaires de votre pays. Des légendes avaient été tissées autour de ces têtes que de vaillants soldats avaient coupées à des païens sans âmes et cela s’enseignait dans vos écoles aux petits écoliers à qui leurs maîtres leur apprenaient que les braves soldats de leur pays étaient des héros et des civilisateurs, et qu’en voilà la preuve, leur disaient-ils tout en montrant les images de ces tristes photos qu’en pareille occasion on ne devait pas montrer à un jeune public. Puis la poste de votre pays avait frappé des timbres à l’effigie de ces têtes qui affranchissaient les lettres qui partaient vers des destinataires d’autres pays, au-delà des frontières politiques et géographiques. Ces têtes collées à des lettres concrétisaient les valeurs universelles de la république de France. Ainsi, ce qui devait être considéré comme un acte isolé, accompli à titre personnel, blâmable par son caractère inhumain, par des soldats écervelés ayant failli aux règles militaires, a été commandité et mis en scène par une nation policée, au nom de la Liberté, de la Fraternité et de l’Egalité. Dites à la France, Français ! que les actes terroristes qu’elle avait perpétrés contre des populations civiles des pays qu’elle avait occupés dans le but d’exploiter leurs richesses agricoles, minières et maritimes et d’asservir leurs hommes sont dignes de ceux en pratique par Daech. Dites-lui, vous qui savez si bien dire les choses comme nous les avons entendues par la bouche de Rousseau et de Voltaire, de Montesquieu et de Diderot, et par celle d’autres penseurs et d’autres humanistes et d’autres philosophes, que Daech avait existé bien avant Daech, que le second est le produit du premier. Les deux Daech, la mère et la fille, se disputent dans les temps présents les zones d’influence en Lybie, en Syrie, en Irak et en quelques autres pays d’Afrique. Zaid tayeb

كلمات دليلية , ,
2016-08-20 2016-08-20
أضف تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ع. بلبشير